Le métier de juge

On en entend souvent parler. Et lorsqu’on dit droit, tribunal et autres concepts juridiques, on est souvent renvoyé à l’idée de juge. Mais qu’en est-il exactement ? Qu’est-ce qu’un juge ? Quelles sont ses compétences et leurs limites ? Admis comme étant la personnification du pouvoir judiciaire, il  est parfois synonyme de magistrat, qu’il soit du siège ou du parquet, de l’ordre judiciaire. Le juge peut également être affilié au pouvoir public et dans ce cas-ci il est appelé juge administratif. Mais dans son sens général, le juge est celui à qui on reconnaît la compétence de trancher une affaire dont il a connaissance. Ainsi, en fonction de ses compétences, le juge revêt une dénomination différente.

 

Qu’en est-il exactement ?

Dans son sens générique, il s’agit de toute juridiction, quels que soient son degré dans la hiérarchie, son pouvoir, l’origine de son investiture, sa composition ainsi que l’ordre auquel elle appartient. En d’autres termes, est juge, tout organe doté d’un pouvoir juridictionnel et celui de dire le droit ou de trancher un litige. Parmi les institutions les plus courantes, répondant à cette définition, on reconnaît la cour d’assise, la cour d’appel ou encore l’arbitre. Mais le plus souvent, sauf pour ce qui est de l’arbitre, le juge est synonyme de magistrat. Au sens général, il s’agit de toute personne relevant de l’ordre administratif ou judiciaire, investit d’un pouvoir juridictionnel ou d’un pouvoir se rapportant au domaine public. Ainsi, on reconnaît d’une part les magistrats judiciaires qui connaissent les procès civils et d’autre part les magistrats administratifs qui sont le plus souvent  appelés à œuvrer pour l’application des lois et le maintien de l’ordre public.

Quelles compétences reconnaît-on au juge ?

On dit du juge qu’il est « celui qui est compétent pour trancher, celui qui connaît l’affaire ».  Ainsi, à chaque type d’affaire, on fait référence à un juge compétent. Dans le domaine judiciaire, on compte une multitude de juges dont les plus connus sont ceux assignés aux affaires familiales et les juges d’instruction. Les magistrats appelés à statuer sur les affaires familiales sont ceux qui succèdent aux juges des affaires matrimoniales. Il s’agit d’un juge unique spécialisé, que l’on retrouve dans chaque tribunal de grande instance et appelé à veiller sur l’intérêt des enfants mineurs de parents en instance de séparation. En ce sens, connaissant les actions spécifiées par la loi,  il a vocation à statuer sur les affaires de divorces. Les juges d’instruction quant à eux, sont les magistrats de grande instance, désignés par décret pour une durée de trois ans. Leur mission est de chercher, dans le cadre d’une information pénale, s’il existe des charges suffisantes pour qu’un inculpé soit traduit en justice. Cette action se fait à la demande du parquet ou de la victime. Par ailleurs, dans le domaine administratif, le maire est le magistrat le plus connu. Egalement appelé premier magistrat communal, il est élu par le conseil municipal. Ses fonctions consistent à administrer la commune, à exécuter des missions étatiques telles que la publication de lois et l’élaboration d’états civils. Le maire est également appelé à assurer la police communale.

 

Qu’il soit affilié au domaine judiciaire ou administratif, le juge demeure, dans son sens large une personne investit de compétences qui lui sont conférées par la loi. Ainsi, il est souverain dans ses actions et ne peut être soumis à nulles autres contraintes que celles imposées par la loi. C’est ainsi que la séparation des pouvoirs, pilier de la démocratie, est rendue possible.