Un recours collectif extraordinaire

Comment a été approuvée la plus importante récompense pour la discrimination historique LGBT dans le monde ?

Même pour les avocats chevronnés en recours collectifs, le 18 juin 2018 a été une journée inhabituelle en cour. La juge Martine St-Louis de la Cour fédérale a présidé une audience que l’avocat principal du groupe, Douglas Elliott, qualifie de  » séance de thérapie plutôt que d’audience légale « . Quinze victimes de la discrimination systémique et de la persécution systémiques du gouvernement fédéral à l’endroit de ses employés gais, lesbiennes et bisexuels se sont levées pour raconter leur histoire devant le tribunal.

L’une d’entre elles était Michelle Douglas, dont la cause de discrimination contre les militaires a pris fin en 1992, forçant les Forces armées canadiennes à modifier à contrecœur leur interdiction de permettre aux personnes LGBT de servir. L’affaire Douglas a été réglée, donc elle n’a jamais eu sa journée au tribunal. Pour elle et d’autres personnes dont la vie et la carrière ont été dévastées, cette audience de règlement  » a été une journée profondément émotive « , dit-elle. « J’avais l’impression d’être une vraie fraternité, un groupe de personnes ayant une expérience commune, un engagement commun au service du Canada, qui avaient été traitées de façon si injuste. Je me suis adressé à la cour. Je tenais dans ma main une copie des excuses du premier ministre, ce qui pourrait vous donner une idée de ce que cela signifiait pour moi. Je voulais dire certaines choses à la cour, je voulais que la cour entende ces choses. Et c’était en fait la seule fois où j’ai vraiment eu l’occasion de m’adresser à la cour sur le chapitre douloureux que j’ai vécu dans les années 1980 avec les militaires. »

Les procureurs de la Couronne disent que même s’il s’agissait d’une audience de règlement sans conclusions de fait ou quoi que ce soit à prouver, le juge a compris que le fait de permettre aux membres du groupe de s’exprimer était un élément précieux pour assurer que justice soit faite. « La juge St-Louis mérite d’être félicitée, parce qu’elle a vraiment fait tout son possible pour s’assurer qu’il y avait un endroit sûr où ces gens pouvaient raconter leur histoire « , affirme Alexander Pless, avocat général au ministère de la Justice. « Je suis sûr qu’ils ont pu voir qu’elle s’intéressait à leurs histoires, et c’était important pour elle de les entendre. »

Ce jour-là, il y a eu de nombreuses histoires poignantes et déchirantes, ainsi que des larmes non seulement de la part des membres du groupe, mais aussi de la part des avocats et du personnel du tribunal. Plusieurs participants affirment que ce sont probablement les émotions du moment qui ont amené M. St-Louis à prendre une autre mesure inhabituelle : approuver le règlement à l’amiable avec les membres de la classe dans la salle d’audience. « L’éruption du bonheur dans la cour, des applaudissements, et les gens pleuraient et s’embrassaient les uns les autres. Je n’ai jamais rien vu de tel – en tout cas, je n’ai jamais rien vu de tel. Je doute que je le ferai un jour. Ce fut un moment extraordinaire « , se souvient John McKiggan, avocat à Halifax, qui a travaillé sur un certain nombre de cas historiques de violence.

En plus de toutes les émotions dans la salle d’audience, le règlement de cette affaire a été le point culminant de quelque chose qui a duré des décennies, de centaines de ministères gouvernementaux et d’une équipe juridique créative qui luttaient pour obtenir réparation.

Le recours collectif

Il ne s’agissait pas d’un recours collectif ordinaire contre le gouvernement. Premièrement, avec 145 millions de dollars, le recours collectif de purge LGBT est le plus important règlement de ce genre pour réparer les torts historiques causés à la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre dans le monde. De plus, les avocats du ministère de la Justice affirment que, contrairement à la plupart des poursuites contre le gouvernement qui touchent un ou deux ministères, au moins 200 ministères et organismes, dont une vingtaine de ministères principaux dont les équipes juridiques ont participé, ont été impliqués. Ils étaient dirigés par Christine Mohr et Pless, avocats généraux principaux du DoJ.

Ce jour de juin émouvant, St-Louis a approuvé un règlement unique en son genre pour des milliers de fonctionnaires, ainsi que pour des membres des FAC et de la GRC qui ont été victimes de discrimination, persécutés ou renvoyés entre 1955 et 1996 en raison de leur orientation sexuelle réelle ou perçue. L’indemnisation pour la plupart des membres du groupe se situera entre 5 000 $ et 50 000 $. Le montant final du règlement sera déterminé en fonction du nombre de demandeurs ; les avocats estiment qu’environ 1 000 victimes sont encore en vie. L’ancienne juge de la Cour suprême du Canada, Marie Deschamps, se prononcera sur les réclamations pour préjudice exceptionnel qui pourraient donner lieu à des indemnités pouvant atteindre 125 000 $ par personne. En plus de l’indemnisation individuelle, le règlement prévoit des fonds pour l’éducation et la réconciliation, y compris un monument à Ottawa et des expositions muséales, ainsi que des excuses individuelles et des modifications aux relevés d’emploi pour refléter que les victimes ont été injustement licenciées. Les membres du groupe recevront également la Citation de la fierté, un honneur qui reflète leur service pour le Canada.

Les avocats du groupe recevront 15 millions de dollars directement du gouvernement et sont tenus d’aider les demandeurs tout au long du processus de réclamation, sans frais. La période de réclamation commence à la fin octobre.

 

Le tribut personnel de la purge

Au fil des décennies, de nombreux facteurs et intervenants ont ouvert la voie aux recours collectifs qui ont été lancés à l’automne 2016. Il s’agissait notamment de groupes et d’individus qui se sont battus pour obtenir réparation, en particulier des militaires, généralement avec peu de succès. Leur but n’était pas principalement une compensation financière, mais des excuses officielles et la reconnaissance de la discrimination dont ils ont été victimes alors qu’ils servaient leur pays.

Jusqu’au début des années 1990, peu de Canadiens savaient que leur gouvernement faisait systématiquement de la discrimination contre les homosexuels, que l’appareil de sécurité du gouvernement définissait comme souffrant d’une  » faiblesse de caractère  » qui pouvait les exposer au chantage des agents  » ennemis « . Un article publié en 1992 par le journaliste de la Presse canadienne Dean Beeby, basé sur la publication de documents gouvernementaux explosifs, montrait qu’en 1959, la GRC avait  » lancé une chasse massive aux homosexuels masculins  » à Ottawa. La « chasse » a forcé de nombreux fonctionnaires à vivre une double vie de peur d’être sanctionnés, licenciés, transférés ou privés d’opportunités. La GRC les a surveillés et interrogés, ainsi que souvent leur famille, dans le but d’obtenir le nom d’autres homosexuels présumés. Peu de gens discuteraient publiquement de ce qui leur est arrivé.

Quelques braves individus qui avaient fait l’objet d’une enquête par l’Unité des enquêtes spéciales de la Police militaire et qui avaient ensuite été expulsés de force – en vertu de l’Ordonnance administrative des Forces canadiennes 19-20 – Homosexualité – Enquête sur les anomalies sexuelles, examen médical et élimination – ont tenté par eux-mêmes d’obtenir réparation, excuse ou réponse, mais sans succès.

La première à contester ouvertement son expulsion des forces armées parce qu’elle était lesbienne a été Barbara Thornborrow. En mai 1977, elle avait fait l’objet d’une enquête de la SIU et avait reçu un ultimatum lui demandant d’admettre qu’elle était homosexuelle et d’être libérée ou d’accepter de voir un psychiatre. Elle a refusé et a rendu public son histoire, notamment en se présentant sur la Colline du Parlement lors des audiences sur la Loi sur les droits de la personne. Peu de temps après, Thornborrow a été congédié parce qu’il n’était  » pas avantageusement employable « , la notation officielle utilisée fréquemment sur les documents de libération militaire dans ces cas. Un groupe de lesbiennes de la marine de Terre-Neuve a également été purgé cette année-là. Malgré la publicité de ces événements, rien n’a changé.

Diane Pitre a non seulement fait l’objet d’une surveillance et d’interrogatoires continus de la part de l’UES alors qu’elle se trouvait à la BFC Chatham, près de Halifax, et à la BFC Borden, en Ontario, mais elle a été soumise à des mois d’évaluations psychiatriques. Pitre raconte qu’elle a 18 ans et qu’elle a subi son premier interrogatoire au SIU dans un endroit mystérieux à Halifax en 1977 :  » Il était environ 22 heures du soir et cela a duré jusqu’au matin, puis ils m’ont conduit à la base, m’ont déposé dans un service psychiatrique, puis ils sont venus me chercher le matin. Et ils l’ont fait pendant deux ou trois jours : enquête, tests au détecteur de mensonges, service psychiatrique, puis retour à ma base. » Les deux agents du SIU ne cessaient de lui poser des questions très personnelles : Qui est l’homme dans la relation ? Vous aimez vous masturber devant un miroir ? Qui sort les ordures ? Vous utilisez un gode ? Tu détestes les hommes ?

Au fur et à mesure que la base a appris l’existence de l’enquête, les appels téléphoniques obscènes et les injures ont commencé. Pitre a été agressé sexuellement par un homme ivre, caporal, qui n’a jamais été condamné pour ce crime. C’est devenu trop, et le 24 septembre 1980, elle a été forcée de démissionner. Le harcèlement était si grave qu’elle et son partenaire ont quitté la ville.

Pendant des décennies, tout ce que Pitre voulait, c’était des excuses pour son traitement. Elle a approché le député Svend Robinson, entre autres. Elle a écrit des dizaines de lettres, y compris à l’officier supérieur Michel Drapeau (maintenant à la retraite et pratiquant le droit). La réponse de Mme Drapeau, dit-elle, a été essentiellement que cela n’allait jamais se produire.

Martine Roy, elle aussi, a été soumise à de multiples interrogatoires humiliants et dégradants de la part de l’UES et a été coincée pendant des années jusqu’au jour où, en décembre 1984, on l’a appelée au bureau de la BFC Borden pour lui dire qu’elle avait neuf jours pour faire ses valises et sortir. Elle était une déviante sexuelle et on la renvoyait pour homosexualité, lui a-t-on dit. Roy est rentré chez lui au Québec, brisé. Elle et son père ont écrit des lettres de griefs à tout le monde, des commandants au chef d’état-major de la Défense et même à Jeanne Sauvé, alors gouverneure générale. Chaque fois, on leur disait  » c’était la loi et ils ne pouvaient rien faire « . Cela a pris cinq ans « , dit Roy. Pendant des années, elle a lutté contre la toxicomanie, a suivi une thérapie intensive, a eu de la difficulté à maintenir des relations et a vécu avec la peur et l’anxiété constantes du rejet d’être sa vraie nature.

Les avocats n’étaient pas non plus à l’abri de la discrimination. En 1974, Michael Fox, âgé de 17 ans, s’est enrôlé dans la réserve de l’armée puis a servi pendant un an comme Casque bleu de l’ONU. « Je soupçonnais que j’étais homosexuel, mais à cet âge et à cette époque, je pensais que, puisqu’il n’avait été décriminalisé que récemment et qu’il était encore contraire au droit militaire, c’était tout à fait immoral et je me suis juré de rester célibataire « , se souvient-il. Alors qu’il poursuivait ses études et commençait sa formation d’officier de marine, Fox s’est rendu compte qu’il serait impossible de garder ce vœu de célibat, même si  » mon attitude à l’époque, et elle l’est toujours, est que le meilleur antidote aux préjugés est d’être dehors et discrètement compétent. Malheureusement, être dehors n’était pas une option à l’époque. » Il a vu l’UES mener des opérations anti-gay à Halifax, arrêtant et déchargeant des marins. « J’ai toujours attendu l’arrestation et l’expulsion avec une certaine humiliation, même si ce n’était pas de la disgrâce « , dit Fox.

Décidé à combattre de telles politiques, il a fait des études de droit. Peu de temps après l’obtention de son diplôme, dit Fox, il s’est présenté à son commandant. Il avait également postulé et s’est vu offrir un emploi au bureau du Juge-avocat général. Mais le fond s’est effondré lorsqu’il a reçu un appel disant que son supérieur avait dit au JAG qu’il était gai et qu’il ferait donc l’objet d’une enquête. « Je n’avais pas d’autre choix que de démissionner de la réserve et de retirer ma candidature. » Fox a poursuivi une longue et fructueuse carrière en tant que procureur de la Couronne à Hamilton, en Ontario, où il travaille toujours. Pourtant, même après tout ce temps, il trouve ces événements extrêmement difficiles à discuter.

La discrimination n’était pas aussi flagrante pour l’ancien avocat du ministère de la Justice Mark Berlin. Bien qu’il ait eu  » de bons emplois « , dit-il,  » dans mon esprit… .. J’ai cru pendant de nombreuses années, et même jusqu’à ce jour, qu’il y avait certaines possibilités et certains postes qui ne m’étaient pas offerts simplement parce que j’étais gai. »

Il se souvient d’un jour fatidique en 1988 qui a changé sa vie. Berlin a été conseiller de liaison ministériel entre le ministère de la Justice et le cabinet du ministre de la Justice, où, lors d’un appel de cinq ans, il a écrit des discours, entre autres, pour le ministre de l’époque, Ray Hnatyshyn. Il est allé de l’autre côté de la rue à l’ancien hôtel Citadel pour jouer au squash avec son patron au déjeuner. Après le match, son patron a fait remarquer un peu à la légère que leur sous-ministre adjoint lui avait demandé s’il pensait que Berlin était gay. Il s’est moqué de l’idée et a dit à ADM que, bien sûr, Berlin n’était pas gay. Le SMA a ensuite ajouté que s’il était homosexuel, ils devraient le congédier.

« Trente ans plus tard, je pourrais vous dire que je me souviens où j’en étais et ce qu’on m’a dit. » Maintenant retraité du DoJ après 32 ans de carrière et parlant publiquement pour la première fois de ce sujet avec Canadian Lawyer, Berlin se souvient « de s’habiller et de retourner au bureau et d’avoir cette explosion de mille choses dans la tête :  » Est-ce que je l’admets ? « Vais-je me faire virer quand ils l’apprendront ? » C’est certainement ce qui a conduit à la spirale descendante. » Ce jour-là a été le début d’une double vie où il devait être une personne au travail et une autre dans sa « vraie » vie. Il a combattu des démons émotionnels et psychologiques pendant des années.

 

Le changement est imposé aux militaires

La campagne de sécurité nationale contre les membres LGBT de la fonction publique s’est affaiblie au milieu des années 1980, mais les injustices se sont poursuivies dans l’armée pendant une autre décennie. La transformation des politiques militaires a finalement pris la forme de Michelle Douglas, un jeune lieutenant prometteur de l’armée de l’air et seulement la deuxième femme à se joindre à l’unité de la police militaire qui, ironiquement, a mené les enquêtes de purge. Soupçonné d’être homosexuel, Douglas, comme d’autres, a été emmené dans un lieu non militaire pour y être interrogé par deux agents du SIU. En 1989, après des jours de questions intensives et de tests polygraphiques, elle a admis qu’elle était lesbienne, a été privée de son habilitation de sécurité et forcée de quitter l’armée parce qu’elle n’était « pas avantageusement employable ». Avec l’aide de Robinson et de l’avocat Clayton Ruby, elle a poursuivi les militaires pour violation de ses droits garantis par la Charte. L’affaire a d’abord été portée devant le Comité indépendant de surveillance des activités de renseignement de sécurité, qui a dénoncé la conduite  » déplorable  » de l’UES et a déclaré inconstitutionnelle l’interdiction faite aux militaires d’employer des homosexuels. Il a ordonné la réintégration de Douglas. Le gouvernement a fait appel.

 

À la veille du procès devant la Cour fédérale, le gouvernement s’est entendu avec Douglas pour 100 000 $. Face à ce procès, l’armée a finalement révoqué l’OAFC 19-20, sa politique d’interdiction des homosexuels. Plusieurs poursuites similaires ont été tranquillement réglées au cours de l’année suivante. Le gouvernement ne s’est jamais excusé auprès d’eux et n’a jamais offert de dédommagement. Et même si, en 1992, les gais et les lesbiennes n’étaient plus interdits de service (quelques années avant que des changements ne soient apportés pour que les soldats LGBT ne soient pas forcés de quitter l’armée, mais qu’ils ne soient pas admissibles à une formation ou à des promotions s’ils y restent), il faudra encore des années pour que les militaires LGBT puissent se sentir à l’aise d’être ouverts à leur sexualité.

La voie des excuses – et plus encore

À peu près à la même époque, les professeurs Gary Kinsman et Patrizia Gentile ont fait des recherches approfondies sur les campagnes de sécurité nationale contre les gais et les lesbiennes. Leur livre de 2010, The Canadian War on Queers : La sécurité nationale en tant que réglementation sexuelle fait la chronique des histoires officielles et personnelles des Canadiens touchés par la purge. En 1997, les universitaires Carmen Poulin et Lynne Gouliquer, qui avaient démissionné de l’armée, ont commencé à interviewer des membres actuels et anciens des services lesbiens et leurs partenaires. L’une des femmes interviewées était Pitre, qui les a ensuite mises en contact avec le député Peter Stoffer, qui, en 2009, a été l’un des premiers députés à demander des excuses au ministre de la Défense de l’époque, Peter MacKay, pour avoir purgé les victimes. Stoffer a été carrément repoussé.

Des actions organisées ont commencé à se former. Poulin, Gouliquer et un groupe comprenant Pitre, Roy, Kinsman et d’autres personnes touchées par la purge ont créé le « We Demand An Apology Network » en 2015. Son principal objectif était d’obtenir des excuses publiques et officielles du gouvernement et un processus de réparation pour les victimes de purge. En juin 2016, le réseau a tenu une conférence de presse à Ottawa pour demander publiquement des excuses. Quelques jours plus tard, ÉGALE Canada Human Rights Trust publiait « The Just Society Report : Grossièrement indécent : Face à l’héritage de la discrimination parrainée par l’État à l’égard des communautés LGBTQ2SI du Canada. » Présidé par l’avocat Douglas Elliott, le comité, entre autres demandes, a également demandé au gouvernement de présenter des excuses pour sa purge systémique.

La pression était à son comble et les différentes trajectoires convergeaient. Elliott, avocat bien connu dans le domaine de l’égalité et des droits des homosexuels, avait rencontré Michelle Douglas au début des années 2000 dans l’affaire M. c. H., qui reconnaissait les unions de fait entre personnes de même sexe. Douglas était alors président de la Fondation pour l’égalité des familles, qui est intervenue dans l’affaire et a embauché Elliott.

Quelques années plus tard, il avait rencontré l’ancien marin Todd Ross dans le cadre d’une autre affaire de droits LGBTQ. Elliott a engagé Ross pour raconter son histoire « inédite » à la sortie du « Just Society Report ». Après 18 mois d’enquête, en sanglotant et branché à un détecteur de mensonges, toujours un peu dans le déni de sa propre sexualité, Ross a admis qu’il était gay. N’ayant que 21 ans et estimant qu’il n’avait pas le choix, Ross a accepté de quitter la marine et a été libéré le 20 juin 1990. Traumatisé, honteux et seul, Ross a essayé de se suicider.

Après cette conférence de presse émouvante, Roy a fait pression sur Elliott pour savoir si le gouvernement ferait quelque chose pour purger les victimes. Il lui a dit que c’était plus probable que jamais. Des réunions de suivi avec le gouvernement ont commencé. Le cabinet du Premier ministre s’est engagé à présenter des excuses et à apporter d’autres changements législatifs demandés dans le « Just Society Report », mais des mois se sont écoulés sans que des mesures concrètes soient prises. Elliott et d’autres perdaient patience.

Après une autre rencontre avec un Roy déterminé, Elliott lui a dit :  » La seule façon d’y arriver, s’il y a lieu, serait un recours collectif comme nous l’avons fait dans Hislop « , l’arrêt de la Cour suprême du Canada de 2007 qui a étendu les prestations de retraite de conjoint du Régime de pensions du Canada aux survivants homosexuels. « J’ai vu comment un recours collectif pouvait vraiment être un outil puissant pour les personnes LGBT. Parce que si souvent, ce sont des individus solitaires, ce ne sont pas toujours les Michelle Douglase, qui font la gloire du test. Ce sont les gens qui essaient d’obtenir leur pension, qui essaient de résoudre le problème dans leur propre milieu de travail « , dit Elliott. Pendant 30 ans, Roy cherchait quelqu’un pour faire le pari avec elle et lancer une bataille juridique. « Tu avais besoin de quelqu’un qui croyait vraiment », dit-elle. « Avec[Elliott], c’était plus qu’être gay, plus qu’être avocat. »

Encouragés par l’attitude conciliante du gouvernement Trudeau, armés de l’issue de l’affaire Vancouver (City) v. Ward de 2010 de la CSC, qui permettait d’accorder des dommages-intérêts pour violation de la Charte, et avec le sentiment que la seule façon d' » inciter  » le gouvernement fédéral à agir réellement était par les tribunaux, Elliott et son cabinet Cambridge LLP ont entrepris de déposer un recours collectif national. Ils ont engagé Audrey Boctor, d’IMK LLP à Montréal, pour représenter les demandeurs québécois.

Il y avait beaucoup de problèmes juridiques à surmonter, dit Boctor. Lorsqu’elle a entendu les récits des victimes, elle savait qu’il y avait quelque chose à faire,  » mais sur le plan juridique, les réclamations historiques pour violence comportent un certain nombre de défis. La première et la plus évidente est celle des limites . . et la seconde sont toujours des considérations découlant de la Loi sur la responsabilité civile de l’État et le contentieux administratif. Dans ce cas-ci, nous avons dû réfléchir à la façon dont nous défendrions l’article 9 de la loi, qui porte sur les cas où des prestations sont disponibles en vertu d’autres programmes gouvernementaux, à savoir s’il s’agit d’un obstacle complet pour intenter une instance comme celle-ci ».

Malgré les complications possibles, les recours collectifs ont été intentés le 31 octobre 2016 en Ontario, avec Ross comme représentant des demandeurs représenté par Elliott et au Québec par Boctor et Roy comme représentant des demandeurs. « En fait, j’ai appelé mon contact au cabinet du premier ministre la veille du lancement et je lui ai dit :  » Le temps est écoulé, nous intentons un recours collectif demain « , raconte Elliott. « Et il a été choqué. J’ai dit : « On attend depuis trop longtemps. Et j’ai dit : « Je peux vous dire que j’ai entendu beaucoup de rumeurs selon lesquelles quelqu’un va vous poursuivre, donc ce n’est pas s’il y aura un recours collectif, c’est qui va vous poursuivre. » »

Elliott dit qu’ils ont découvert trois ou quatre autres actions contre l’armée, la plupart du temps pour discrimination de genre avec des questions LGBT bousculées. « Nous avons donc dû tendre la main à tous ces gens et leur dire de se retirer, de laisser de côté l’élément LGBT « , dit-il. « Et nous avons réussi à le faire, parce que j’avais déjà entendu le ministère de la Justice dire : « Écoutez, à moins que vous ne représentiez tout le monde, nous ne négocierons pas avec vous. »

Une autre considération a été l’action lancée par McKiggan, de McKiggan Hebert à Halifax. Il avait été contacté sept ans auparavant par d’anciens membres des forces armées qui lui avaient raconté qu’il avait été expulsé de force. Il était horrifié d’apprendre ce qui s’était passé, mais rien ne s’est passé. Puis, il y a quelques années, il a été approché par d’autres anciens militaires, dont Alida Satalic, qui est devenue la troisième représentante des demandeurs dans le recours collectif pour purge. Expérimenté dans les cas de recours historiques, McKiggan a examiné leurs demandes avec une vigueur renouvelée. Il a trouvé un moyen d’aller de l’avant. « Je voulais présenter la réclamation comme un manquement à l’obligation fiduciaire parce que, du moins ici en Nouvelle-Écosse, il n’y a pas de délai de prescription pour les réclamations pour manquement à l’obligation fiduciaire. » Travaillant avec Kirk Baert chez Koskie Minsky LLP à Toronto, McKiggan dit que  » l’idée était de garder les choses aussi simples que possible. Gardez la classe restreinte : les militaires. « Gardez les réclamations étroites : manquement à l’obligation fiduciaire et négligence systémique. »

McKiggan a appris par l’entremise de Kinsman, qu’il allait utiliser comme témoin expert, qu’Elliott était sur le point de déposer des actions parallèles. Après quelques négociations, ils ont accepté de regrouper les trois poursuites en une seule, en déposant une demande à la Cour fédérale et en couvrant l’ensemble de la classe des militaires, de la fonction publique et de la GRC. La décision de la Cour fédérale a été prise à la suite des leçons tirées de la manière difficile de traiter avec de multiples juridictions à travers le pays – pour McKiggan dans les recours collectifs relatifs aux pensionnats indiens et pour Elliott dans les cas de mariage homosexuel. Le recours collectif combiné, Ross, Roy et Satalic c. Sa Majesté la Reine, a été déposé le 13 mars 2017 à Montréal.

Aucun recours collectif ordinaire

Malgré l’ampleur de la poursuite, le gouvernement est revenu rapidement avec une offre d’entamer des discussions en vue d’un règlement. « Dans ce cas, les étoiles se sont alignées tôt, dit Pless. « Je pense que la plus grande différence avec cette affaire, c’est que le gouvernement connaissait déjà très bien l’histoire et les enjeux sous-jacents.
. . . Et le gouvernement avait aussi, je crois, une idée générale de la façon dont il voulait régler ce genre de problèmes avec la communauté LGBT. » Compte tenu du « Just Society Report » et des interactions avec la communauté, dit-il, le gouvernement cherchait déjà à corriger les torts historiques, notamment en modifiant le Code criminel et en annulant les anciennes condamnations. De plus, le gouvernement fédéral avait mis sur pied un nouveau secrétariat LGBTQ2 au sein du Conseil privé et le député Randy Boissonnault a été nommé conseiller spécial du premier ministre Justin Trudeau sur les questions LGBTQ, parallèlement aux travaux sur les excuses officielles de la discrimination historique de l’État.

Les négociations ont quand même duré un an, mais des réunions mensuelles et une volonté des deux côtés ont permis de conclure une entente de principe lorsque Trudeau a présenté ses excuses à la Chambre des communes le 28 novembre 2017. « La façon dont les négociations se sont déroulées a été très positive « , dit M. Pless. « C’est vraiment un modèle de la façon dont ce genre de négociations peut se dérouler. . . . Il ne s’agissait pas d’une approche contradictoire, mais d’un dialogue véritablement constructif. »

Les avocats des demandeurs sont également positifs. « J’ai beaucoup de respect pour tous ceux qui se sont assis autour de cette table. Ils étaient extrêmement sensibles aux problèmes auxquels les membres du groupe étaient confrontés « , dit M. Boctor. « Il a fallu presque un an pour parvenir à un accord et je pense que cela indique que ce n’était pas toujours facile. » Elle décrit Mohr et Pless comme « probablement deux des meilleurs que j’ai rencontrés dans ma carrière ». Elliott qualifie les négociations de « collégiales mais dures ».

Après que le premier ministre eut présenté ses excuses en larmes, les négociations finales ont commencé. « Cela s’est avéré beaucoup plus compliqué que prévu. Le diable est dans les détails et il y avait beaucoup de travail à faire sur les détails « , dit Elliott. « Je ne pense pas qu’il y ait jamais eu un tel arrangement avant. Il couvrait tous les ministères du gouvernement sur une période de 40 ans.
. . . Il s’agit, à mon avis, du règlement le plus complexe et le plus diversifié jamais conclu contre le gouvernement canadien. Et l’une des raisons pour lesquelles je pense que c’est l’une des meilleures, c’est parce qu’elle a toutes ces caractéristiques que vous n’auriez pas si vous alliez au procès. »

Dès le début, les membres de la classe avaient besoin de la reconnaissance de l’injustice qu’ils avaient subie. Les éléments non pécuniaires, comme les excuses individuelles, y compris aux familles des victimes de purge décédées, ainsi que l’éducation et la commémoration, faisaient partie intégrante du programme. « Nous voulons que les leçons apprises ne soient pas oubliées, dit Roy. « La Couronne s’est montrée très coopérative sur les mesures douces. » L’entente finale reflète le fait que les membres du groupe, y compris Roy, Douglas et Pitre, participent ou dirigent les comités qui mettent les ententes en œuvre.

Le règlement et l’audience d’approbation

Le (presque) dernier obstacle juridique a été l’audience de règlement et d’approbation, qui s’est tenue devant St-Louis à Ottawa en juin. C’est une chose de faire des cas au nom des actionnaires ou pour des produits défectueux, note Garth Myers de Koskie Minsky,  » mais cette affaire a vraiment touché la partie la plus profonde du cœur des gens et a traité des traumatismes qui étaient si extrêmement personnels et accablants pour les membres du groupe. . . . Et cela s’est vraiment manifesté lors de l’approbation de l’établissement où nous avons entendu les histoires des gens sur les effets profonds de la purge sur leur vie en termes de santé psychologique, d’emploi et de relation avec leur pays. »

Pour la Mohr du DoJ, le moment le plus émouvant a été celui où  » l’un des membres du groupe a conclu ses remarques en disant qu’elle estimait que la justice avait été rendue avec le règlement. Je pense que j’ai entendu ces mots et je crois qu’il était juste de dire que tous les membres de notre équipe juridique ont été vraiment touchés et fiers d’avoir fait partie de l’équipe qui a négocié et finalisé l’entente. »

Il y a eu des moments inattendus, même pour Elliott qui travaillait sur l’affaire depuis des années. Il y avait les émotions exacerbées, mais  » alors j’ai entendu des histoires auxquelles je ne m’attendais pas « , comme celle du colonel qui s’est retrouvée assise un soir sur son lit, tirant des balles dans son arme parce qu’elle était si désemparée. Un autre a commencé par l’histoire habituelle d’un soldat ramassé dans une voiture K sous couverture et emmené dans un hangar pour être interrogé, sauf que cette fois, il a été menotté et les officiers du SIU l’ont agressé sexuellement. « Je n’arrivais pas à croire que ce type aurait le courage d’en parler en audience publique. »