Assurance électrique : les différentes informations à connaître

Les usagers de trottinettes électroniques tout comme ceux qui circulent avec un véhicule sont soumis à des règles strictes surtout en matière d’assurance. Mais quelles sont les informations vraies et les fausses parmi ceux qu’on entend régulièrement ?

Obligation d’assurer sa trottinette électrique

Étant un véhicule terrestre moteur, vous êtes obligé de prendre une assurance responsabilité civile avant de la conduire. Cette obligation est encadrée par le code des assurances. Cette même règle s’applique d’ailleurs à tous les EDPM.

En cas d’absence d’attestation d’assurance lors d’un contrôle routier, vous devrez payer une amende. Vous devez cependant présenter ce contrat au commissariat dans les 5 jours suivant le contrôle. Dans le cas contraire, vous serez soumis à une amende trois fois plus chère que celle du début.

  • Cependant, si vous n’avez pas souscrit une assurance, vous faites une infraction punissable avec une amende atteignant les 3750 euros. Cette sanction est souvent accompagnée d’une confiscation ou l’interdiction de conduire.
  • Parfois, les autorités vous obligent à réaliser un stage de sensibilisation. Grâce à cette assurance obligatoire, vous êtes dégagé de votre responsabilité si vous causez un accident qui blesse ou détruit les biens d’une autre personne.

Port de casque, non obligatoire

Avec cet engin, le casque n’est pas une obligation. Elle l’est cependant pour les enfants au-dessous de 12 ans. Cependant, pour plus de sécurité, il est recommandé de vous munir d’un maximum de protection. Le port d’un gilet rétro-réfléchissant est obligatoire. Vous devez également munir votre engin des feux avant et arrière et d’un klaxon.

A lire également  Les formalités d'immatriculation pour la création d'une SARL

Même si le port de casque n’est pas une obligation, il est utile en cas de chute. On vous recommande même de mettre des protections de genoux pour éviter tout risque de blessure. D’ailleurs, si vous souscrivez un contrat avec une garantie corporelle, porter un casque fait partie des exigences des assureurs.

Aucune perte de point en cas de problème

Conduire cet engin ne vous demande pas un permis de conduire. En effet, un mineur de 14 ans peut prendre une assurance trottinette avec l’aide de son tuteur légal. Or à cet âge, un mineur ne peut pas passer son permis. Dans ce cas, s’il commet une infraction en conduisant sa trottinette, il n’a pas le permis. C’est également la même chose pour une personne adulte.

Le retrait de points de permis s’applique uniquement lors de la conduite d’un véhicule nécessitant la possession d’un permis. En revanche, vous serez punis à cause de l’infraction du Code de la route. Vous aurez alors à payer une amende. En cas d’excès de vitesse, l’absence d’assurance ou des équipements obligatoires, vous aurez à payer une contravention.

Pas de prise en charge en cas d’accident sur le trottoir

Une trottinette électrique n’a pas le droit de circuler sur les trottoirs. Si vous blessez autrui en conduisant votre trottinette sur la voie piétonne, votre assureur peut refuser de vous indemniser. Pour ne pas invalider vos garanties, le mieux est de ne pas monter sur votre trottinette. Cependant, si les autorités communales autorisent la conduite sur le trottoir, cela ne vous coute pas votre couverture. Toutefois, votre vitesse ne doit pas dépasser 6km/h/. Vous ne devez pas également entraver les piétons.

A lire également  Travailler 7h sans pause : est-ce légal ?

Sachez également qu’une trottinette électrique est destinée à une seule personne. Dans ce cas, vous n’avez pas le droit d’avoir un passager sur votre engin que ce soit un enfant ou un adulte. Si vous provoquez un accident alors que vous êtes deux, l’assureur peut refuser l’indemnisation. D’ailleurs, vous commentez une infraction qui peut engendrer la confiscation de votre engin.