Guide sur la contre-expertise incendie

Pour obtenir une indemnisation suite à l’incendie dont vous avez été la victime, vous avez déclaré le sinistre à votre compagnie d’assurance. Seulement, le rapport d’expertise de votre assureur ne vous convient pas. En effet, l’offre d’indemnisation qu’elle vous propose vous semble très basse. Pour faire valoir vos droits, vous pouvez demander une contre-expertise. À travers notre guide, vous allez découvrir ce que cette analyse va contenir, comment la demander et vos recours si aucun accord n’a été trouvé avec votre assureur.

Le contenu de la contre-expertise incendie

En cas d’incendie, vous allez notifier votre compagnie d’assurance habitation ou professionnelle pour être indemnisé. Votre assureur va d’ailleurs désigner un expert qui fera une évaluation des dégâts afin de définir le coût pour leur réparation. L’indemnisation est censée vous aider à retrouver votre logement ou local professionnel dans un état le plus proche de ce qu’il était avant le sinistre. 

Cependant, cette expertise peut ne pas vous satisfaire, ce qui vous pousse à demander une contre-expertise. Vous êtes d’ailleurs dans votre droit puisque votre contrat d’assurance habitation ou professionnelle fait mention de votre droit de contester le rapport de votre assureur. La contre-expertise permet de réévaluer les dommages sur le lieu du sinistre et ainsi établir un rapport chiffré pour votre indemnisation. Le rapport rédigé par le contre-expert incendie va ainsi contenir :

  • La liste des biens qui ont été endommagés et détruits par l’incendie ainsi que l’état du logement ou du local professionnel.
  • Les circonstances de l’incendie.
  • La valeur des biens et qui a été endommagée par le sinistre.
  • Les modalités pour la remise en état du local ou du logement ainsi que des biens.
  • Les mesures de conservation préconisées le cas échéant.
A lire également  Les conditions légales pour une bonne gestion locative immobilière

L’objectif de la contre-expertise incendie est de vous fournir le montant de l’indemnisation qui vous est due pour vous dédommager suite au sinistre. Mais le rapport vous permettra aussi de connaître vos droits dans ce genre de situation et leur validité face aux lois et conventions disponibles. De cette manière, vous pourrez mieux défendre vos intérêts.

La demande de contre-expertise incendie

Si vous n’êtes pas satisfait de l’expertise de l’incendie qui a ravagé votre local professionnel ou votre logement réalisée par votre compagnie d’assurance, vous pouvez demander une contre-expertise d’incendie.  Cette démarche doit être notifiée à votre assureur par l’envoi d’une lettre recommandée avec un accusé de réception. Vous y statuerez votre décision d’entamer cette demande et les raisons qui peuvent vous pousser à le faire. Ensuite, vous allez partir à la recherche de l’expert qui réalisera la contre-expertise incendie dont vous avez besoin.

Vous allez d’ailleurs fournir au contre-expert toutes les informations dont vous disposez afin qu’il puisse mener à bien ses missions. Il est important de souligner que comme c’est vous qui avez initié cette demande, c’est à vous que revient le paiement des honoraires du contre-expert. Sauf si votre contrat d’assurance habitation ou professionnelle prévoit une garantie protection juridique. Dans ce cas, l’assurance prend en charge la totalité ou une partie de ses honoraires en fonction des termes de votre contrat.

Les recours en cas de désaccord avec la contre-expertise incendie

Si vous n’êtes pas d’accord avec le rapport de votre contre-expertise incendie ou si c’est votre assureur qui n’est pas satisfait de son estimation, vous pouvez recourir à une tierce expertise. C’est vous et votre assureur qui allez désigner ce tiers expert afin de régler le litige qui vous oppose. Si malgré son intervention, le conflit persiste, vous pouvez demander une médiation d’assurance. C’est un moyen de régler le litige gratuitement à l’amiable et le plus vite possible. Mais vous pouvez aussi saisir le tribunal pour une expertise judiciaire qui vous permettra de régler le conflit. C’est une procédure assez coûteuse et longue.

A lire également  L’importance du Code civil sur la reconnaissance de dette